Rétrospective du mois de mars : le mois du rêve 

Par | Le 31/03/2019 | Commentaires (0) | Blog sur l'art-thérapie et le développement personnel

31 marsMars : le mois du rêve

Rêvez-vous ?

En mars nous avons parler du rêve… Avez-vous un rêve ? Faites-vous des rêves ?

Je vais commencer par vous parler de votre rêve, puis nous explorerons la pensée de Freud à ce sujet.  Vous trouverez des conseils vous permettant de rêver de nouveau et de réaliser votre rêve.

Il vaut mieux avoir rêvé mille rêves qui ne se sont jamais réalisés que de n'avoir jamais rêvés. Alexandre Pouchkine

Rêvez-vous ?

En mars nous avons parler du rêve… Avez-vous un rêve ? Faites-vous des rêves ?

Je vais commencer par vous parler de votre rêve, puis nous explorerons la pensée de Freud à ce sujet.  Vous trouverez des conseils vous permettant de rêver de nouveau et de réaliser votre rêve.

 

Il n'y a qu'une seule chose qui rend un rêve impossible à réaliser : la peur de l'échec. Paulo Coelho

Avez-vous un rêve ?

Lorsque vous étiez enfant, vous êtes-vous juré d’allez à New York, d’être chanteur, pompier ou acteur ? Vouliez-vous avoir une belle maison ? Souhaitiez-vous habiter au bord de la mer ?

Lorsque l’on est enfant, tout est possible puis l’on grandit et, pour x raisons, on trouve de bonnes raisons pour finalement mettre une croix sur nos rêves.

Mais qu’en est-il vraiment ? Est-ce vraiment irréalisable ou est-ce dû à un manque de motivation, de confiance en soi ou d’estime de soi ?

La première question à vous poser est effectivement : est-ce réalisable ou est-ce utopique ?

 

Fais de ta vie un rêve, et d'un rêve, une réalité. Antoine De Saint-Exupéry

Un rêve, pour que vous le réalisiez, doit être à votre portée. Attention : Si votre pensée est négative, vous ne verrez que des circonstances négatives et donc vous risquez de considérer ce rêve comme irréalisable. Il vous faudra donc vous montrer le plus objectif possible afin de ne pas mettre de frein à votre rêve.

Aussi, comment être objectif ?

Posez-vous les bonnes questions :

  • Est-ce techniquement possible ? Là vous aurez tendance à répondre d’emblée : non.
  • Deuxième question : pourquoi n’est-ce pas techniquement possible ? Souvent on évoque le manque de temps ou de moyens. Puis vient un autre frein qui est la question de la compétence ou du talent.
  • Troisième question : comment puis-je me libérer du temps, financer mon rêve, acquérir un certain talent ?

Et l’on arrive dans le nerf de  la guerre. Mais si vous souhaitez réellement réaliser ce rêve, qui doit être réaliste, votre esprit doit être assez fort pour voir la réalité et discerner la vérité de la fiction. Pour qu’un désir se réalise, vous devez être entièrement d’accord avec lui. Et n’oubliez pas qu’un problème en est un que si vous croyez que s’en est un. C’est le secret de la paix perpétuelle.

Vos hésitations sont dues à une mauvaise programmation. Votre habitude de voir petit depuis votre jeunesse.

Écrivez sans vous censurer, alors étonnez-vous de découvrir vos limites mentales : à quoi rêvez-vous ?

Votre rêve doit être à la fois ambitieux et à votre portée

Il faut qu’il soit à la fois ambitieux et à votre portée, sinon il serait difficile d’y croire.

Pourquoi devrais-je croire que je ne peux pas ? Est-ce basé sur un fait réel ? Est-ce une supposition ? Une autosuggestion ? Y a-t-il une raison à cette croyance ?

Et si cette croyance était fausse ? Luttez corps à corps avec cette question. Vous n’êtes pas troublé à cause d’un fait, mais à cause d’une stupide croyance basée sur rien ou l’expérience des autres.

Soyez en colère après cette croyance, soyez furieux.

Pour que votre rêve se réalise, vous devez être précis dans ce que vous souhaitez.  Si vous n’êtes pas capable de définir ni de visualiser ce que vous voulez, vous ne pourrez pas atteindre votre but.

Votre cerveau est un ordinateur. Vous devez entrer dans votre disque dur tous les éléments et toutes les données pour qu’il sache qu’est-ce que vous voulez.

La vie veut voir exactement ce que vous attendez d’elle. Si vous ne lui demandez pas, elle ne vous l’accordera pas.

La précision est la première qualité.

Exercice

 

Combien aimeriez-vous gagner l’année prochaine ?

Écrivez exactement ce que vous pensez pouvoir gagner dans un an.

Le montant que vous avez inscrit signifie beaucoup plus que vous ne le pensez. Ce montant représente au sou près ce que vous croyez valoir.

Un chiffre sera inaccessible aussi longtemps que vous croyez qu’il sera inaccessible.

Vous avez peut-être élargi l’image que vous avez de vous-même…

 

Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve. Antoine De Saint-Exupéry

 

Retour sur la précision.

Le mot est la chose : soyez excessivement précis dans ce que vous voulez.

Attention alors à la formulation : je veux et non je ne veux pas. Et là, on entre dans ce que l’on appelle la pensée positive.

  • Ce que je veux
  • Qu’est-ce que ça me donnera
  • En quoi est-ce important pour moi
  • La vie veut voir exactement ce que vous attendez d’elle

 

La précision est la première qualité

Voici un petit exercice qui vous permettra de vous fixer un objectif précis :

Prenez une feuille et inscrivez tout ce que vous désirez de la vie.

Il faut que ce soit précis. Ça peut être n’importe quoi, l’homme de votre vie, ne plus avoir peur de quelque chose. Attention alors à la formulation : je veux et non je ne veux pas. Une maison, une voiture, un travail qui vous plaît… Puis définissez des critères.

Pour que ce soit précis, le cerveau ne comprend que les termes de valeur.

Par exemple : une maison calme, pratique, agréable. Ce sont des mots. Grande, spacieuse… Ce sont des mots et donc des images, des choses.

Le critère est une petite valeur, c’est une sous valeur, c’est un mot.

Le cerveau a besoin de précision. Vous ne devez pas induire une maison comme-ci ou comme ça, vous devez simplement donner des critères de valeur.

Puis, en face de ces critères, vous notez l’équivalent : qu’est-ce que ça veut dire pour moi « agréable, spacieux ou pratique ». Et ça devient précis.

 

Le bonheur est un rêve d'enfant réalisé dans l'âge adulte. Sigmund Freud

Pour que votre rêve se réalise, il faut que vous soyez totalement en accord avec ce que vous souhaitez. On dit alors que votre projet doit être « écologique ».

Vous devez dire « je suis entièrement d’accord avec ça ». Si une partie de vous se dit « oh non quand même, ça va m’embêter », ce n’est pas écologique parce que toutes les parties de vous ne sont pas en accord. Dans ce cas, vous ne pourrez pas mener au bout votre rêve.

 

Si tu as un rêve, tu dois le protéger. Tu verras que les gens incapables d'y arriver feront tout pour te décourager. Si tu veux vraiment quelque chose, t'as qu'à te battre, point-barre. À La Recherche Du Bonheur - Chris Gardner à Christopher

Votre rêve doit être responsable sans quoi vous aurez bien du mal à le réaliser.

Qu’est-ce que signifie « responsable » ?

→ C’est moi qui veux, c’est moi qui fait, c’est moi qui décide.

Les gens qui échouent sont en cadre de référence externe « On m’a dit que… » « Méfie-toi de… ». Ne soyez pas influençable.

Les gens qui réussissent sont dans un cadre de référence interne « moi je sais » « moi je veux » « moi je fais ».

Vous allez renforcer votre esprit et les circonstances se plieront à vos désirs. Vous dominerez votre vie.

 

L'ambition est un rêve avec un moteur à injection. Elvis Presley

On a vu que pour la réussite d’un projet il faut qu’il soit réaliste, responsable et écologique, mais il faut également vous fixer un délai.

Réfléchissez votre rêve comme un projet.

Tout d’abord vous devez définir une date butoir.

Petite, je rêvais d’être artiste, je n’y suis arrivée qu’à l’âge de 40 ans. Pourquoi ? Non pas parce que je n’avais pas les compétences, mais plutôt parce que je ne m’en étais pas fixé l’objectif.

 

Réussir ce n'est pas toujours ce qu'on croit. Ce n'est pas devenir célèbre, ni riche ou encore puissant. Réussir c'est sortir de son lit le matin et être heureux de ce qu'on va faire durant la journée, si heureux qu'on a l'impression de s'envoler. Fame (2009)

La concentration

La réussite est un travail de concentration et la concentration est la clé du succès dans tous les domaines. Les pensées nourries régulièrement amènent dans votre vie de façon inattendue des circonstances qui leur permettent de se réaliser.

Vous allez saisir et voir les opportunités lorsqu’elles se présentent, car vous savez exactement ce que vous voulez. D’où l’importance des détails.

La réussite est un travail de concentration et la concentration est la clé du succès dans tous les domaines.

La foi s’acquiert par la répétition des mots. Il faut se répéter chaque jour et aussi souvent qu’il se doit vos objectifs dans une grande concentration.

Des pratiques telles que le yoga peuvent vous permettre d’acquérir des habitudes de concentration. Mais vous pouvez également chez vous faire quelques exercices de concentration telle que la technique du zen ou, si vous avez un smart phone, télécharger des applications telles que « petit bambou » ou « respirelax » qui vous permettra de mieux respirer.

La technique du zen :

→ Prenez un objet brillant ou une rose (une rose par semaine)

→ Concentrez-vous sur le cœur de la rose

→ Regardez sans bouger le cœur de la rose 15 à 20 minutes

→ Fixez le cœur de la rose en vidant votre esprit de toute pensée. Au bout d’un moment on ne voit plus rien. Vous voyez un halo

→ Une fois que vous avez vidé votre esprit et que vous ne voyez plus que le cœur de la rose, répétez-vous que vous êtes une merveille.

 

Soyez « branché » sur la solution et non sur le problème.

Si vous êtes branché sur le problème, vous n’êtes pas branché sur la solution. Le problème en est un que si vous croyez que s’en est un ; vous quitterez alors la belle pensée positive qui vous mènera jusqu’au bout de votre rêve. N’oubliez pas que les choses n’ont d’importance que celle qu’on leur accorde.

Lorsque votre esprit aura grande capacité de concentration, votre faculté à régler les problèmes deviendra formidable.

Soyez à 10% sur le problème et à 90% sur la solution.

Lorsque votre cœur sera ferme et assuré, vous vous rendrez compte que les problèmes de l’existence n’auront plus de prise sur vous. Et vous comprendrez que les choses n’ont d’importance que celles qu’on leur accorde.

 

On rêve trop souvent les yeux fermés, il faut plutôt rêver les yeux ouverts. Mike Horn (Aventurier)

Quand commencer à réaliser votre rêve ?

Le bon moment existe : c’est maintenant !

 

Exercice

 

→ Prenez une page et écrivez, tout en haut votre désir intense. Créez de l’émotion, faites comme si c’était facile.

→ Votre désir intense doit se formuler par « je veux » et non « je ne veux pas », car le mot est la chose. (J’ai peur de tomber, j’ai peur de tomber, j’ai peur de tomber : vous tomberez).

→ Vous en faites un point focal de votre vie.

→ Faites comme si vous aviez un arc et une flèche et vous visez la cible.

→ Faites-le

→ C’est facile de dévier 5 minutes à gauche dans le passé (je n’y suis jamais arrivé) ou 5 minutes à droite dans le futur (et si je n’y arrivais pas, on va me critiquer, et comment je vais pouvoir faire, si et si…)

→ Visez votre cible, ne la quittez pas des yeux

→ Vous avez un objectif : ici et maintenant.

 

Vous êtes ici et maintenant

→ Ne vous occupez pas de savoir comment vous allez réussir votre objectif

→ Consciemment, bornez-vous à émettre votre désir précis, responsable, écologique et mesurable.

→ Le cerveau ne sait pas obtenir un résultat, mais il sait aller dans une direction.

→ Imprégnez votre inconscient du désir, vous devez faire de votre désir un point focal de votre vie.

→ Vous êtes ici et maintenant, gérez au coup par coup.

Là encore, vous pouvez réaliser un petit exercice qui vous permettra de « lâcher prise ». C’est l’ici et maintenant.

Posez-vous dans un endroit tranquille, de préférence dans la nature. Concentrez-vous sur vos cinq sens : l’ouïe, l’odorat, la vue, le goût et le toucher. Respirez l’air, que sentez-vous ? Que voyez-vous ? Sentez-vous le vent sur votre visage ? Entendez-vous les oiseaux ? Cet exercice vous fera prendre conscience de votre être et vous serez dans l’ici et maintenant.

 

L'enseignement qui n'entre que dans les yeux et les oreilles ressemble à un repas pris en rêve. Proverbe Chinois

À force que vous concentrer sur votre rêve, vous allez de nouveau rêver. Mais que signifient ces rêves que nous faisons ? Son t-ils prémonitoires ou sont-ils un effet de notre inconscient ?

Celui qui en parle le mieux, c’est Freud.

Quelques mois à peine après la publication de son œuvre « L’interprétation des rêves », Freud revient dans l’essai « Sur le rêves » qui se veut plus pédagogique.

Il revient sur les mécanismes de formation de nos rêves et sur le sens que l’on peut leur attribuer par l’analyse. Pour Freud, pas de rêve prémonitoire mais plutôt une porte sur l’exploration de l’inconscient, une interprétation du rêve…

 

Tu vois ce moment entre le sommeil et le réveil, ce moment où on se souvient d'avoir rêvé ? C'est là que je t'aimerai toujours, c'est là que je t'attendrai.  La fée Clochette

Pour Freud, tout rêve est un accomplissement de souhait, il réalise un désir inassouvi.

La chose peut être évidente, plus ou moins limpide en fonction des rêves que l’on fait, mais dans la plupart des cas, cet accomplissement de souhait est maquillé, dissimulé par le rêveur.  Mais pourquoi ?

Pour Freud, il existe deux types de contenus dans un rêve :

  • Un contenu latent : qu’il appelle aussi « les pensées du rêve ». C’est le souhait accompli par le rêve, et qui nous reste spontanément caché.
  • Un contenu manifeste : ce sont les scènes que nous voyons en rêve et les émotions qui les accompagnent, tout ce dont nous nous souvenons après coup.

Pour passer de l’un à l’autre type de contenu, le rêve procède à un travail de transformation dont Freud décompose les mécanismes. Il en détaille trois principaux : la dramatisation, la condensation et le déplacement.

 

Ne demeure pas dans le passé, ne rêve pas du futur, concentre ton esprit sur le moment présent. Bouddha

Freud distingue trois catégories de rêves :

  • Ceux qui revêtent à nos yeux un sens logique et que l’on peut s’approprier sans difficulté.
  • Ceux qui ont du sens, mais dont le sens précisément, nous déconcerte et qu’on ne sait pas comment intégrer à notre vis psychique.
  • Ceux qui nous semblent incohérents, confus, absurdes et dont, par définition, nos pensées ne peuvent rien faire.

Freud conseillait de coucher dès le réveil sur papier les idées qui nous viennent et sont incompréhensibles des souvenirs des rêves. C’est ainsi la meilleure manière de se soutenir dans l’investigation de nos rêves. Il faut donc consigner sans intention particulière ni esprit critique les idées qui viennent à partir de l’observation que l’on mène sur soi-même. Il est avantageux de décomposer le rêve en ses différents éléments et de chercher, pour chacun de ces fragments, les idées qui s’y rattachent.

 

Sans rêve, il est impossible de connaître le bonheur. Alexandre Lowen

Freud se démarque de tout se qui préexiste concernant le rêve. D’une part, il considère que le rêve a une fonction psychologique qui n’est pas du tout un événement désorganisé de l’esprit, du cerveau, comme peuvent le penser les neurobiologistes de son époque.

Freud considère également qu’il n’y a aucune entité extérieure qui va venir influencer le rêveur comme c’était la croyance dans l’antiquité et au-delà, c'est-à-dire que les Dieux enverraient des messages aux humains à interpréter.

Enfin, Freud va écarter la dimension prémonitoire du rêve. Pour lui le rêve n’est pas tourné vers l’avenir, le rêve n’est pas une prévision de quelque chose. Le rêve est bien en lien avec ce qui c’est passé la veille ou dans le passé plus large du rêveur. Selon Freud, le rêve serait le simple accomplissement d’un souhait.

 

Quand on veut une chose, tout l'Univers conspire à nous permettre de réaliser notre rêve. Paulo Coelho

Freud considère qu’un rêve à toujours au moins un sens. Mais en tous cas, ce rêve est toujours rattaché au vécu du rêveur.

L’appareil psychique pour Freud se compose d’une partie consciente et d’une énorme partie inconsciente dans laquelle se trouve le réservoir des pulsions, les désirs refoulés, d’un individu.

Les deux parties sont séparées par ce qu’il appelle la censure. La censure est une sorte de couvercle posé sur l’inconscient et qui empêchent les idées d’émergées, les idées dérangeantes, les idées provocantes, les idées interdites… d’émerger et d’empêcher le fonctionnement du conscient.  Et il semblerait que la nuit cette censure ne joue plus à plein régime.

Tout rêve serait donc l’accomplissement déguisé d’un désir refoulé ou réprimé.

 

La vie est une opportunité, profitez-en. La vie est belle, admirez-la. La vie est un rêve, réalisez-la. La vie est un devoir, complétez-la. La vie est un jeu, jouez-la. Mère Teresa

Freud distingue alors le contenu manifeste,  et le contenu latent. Le contenu manifeste étant ce que retient le rêveur, Freud l’appelle aussi « la pensée du rêve » qui est le souhait accompli par le rêve.  Il est à différencier du contenu latent, c'est-à-dire la véritable signification du rêve qui est en lien direct avec ce qui se joue dans l’inconscient au niveau ses désirs et des pulsions. La censure joue son rôle pour permettre ce qui se joue dans les dessous de l’inconscient, qui est assez chaud, assez pulsionnel, soit acceptable pour passer au niveau de la conscience.

C’est pourquoi Freud faisait appel à la psychothérapie pour la décomposition éclairante du rêve.

 

Ils ont échoué parce qu'ils n'avaient pas commencé par le rêve. Nicholas Shakespeare

Le travail du rêve serait donc la mutation du rêve qui fait du contenu latent (ce qui est caché) au contenu manifeste (ce que nous voyons en rêve). C’est tout ce que fait la censure pour maîtriser les pulsions qui jaillissent de l’inconscient afin de rendre les choses plus acceptables afin de ne pas réveiller le rêveur.

Les rêves réalisés dus à une frustration, ce que Freud appelle « les rêves d’enfants ». Il s’agit d’un rêve qui exhausse une frustration, un souhait qui a été fait avec vivacité dans la journée, mais qui n’est pas survenu.

Mais l’interprétation d’un rêve n’est pas aisée, il faut souvent prendre les images qui le composent une à une pour repérer quelques idées ou mots qu’elles dissimulent. Par exemple : une femme à un embonpoint et rêve de poisson. Poisson pourrait être « poids son » ou « son poids ».

 

La misère, ce n'est pas le manque de matériel. La misère, c'est l'absence de rêve. Nanan-akassimandou

Il y a cinq mécanismes fondamentaux pour Freud qui jouent dans la transformation du contenu latent du rêve.

Le rêve met donc en scène notre désir refoulé de façon à ce que la forme – le contenu manifeste – cache le fond – le contenu latent.

Le premier procédé est la condensation : plusieurs idées et images sont concentrées dans une seule scène. C’est comprimer, rapprocher, créer des raccourcis entre des représentations, des objets, des mots, de façon inattendue dans le rêve.

Le second procédé est le déplacement : les priorités, les valeurs sont renversées de manière à masquer le désir inconscient et ses pulsions en déplaçant l’émotion qu’il provoque sur un point très secondaire. On déplace les choses importantes vers des choses moins intéressantes.  Par exemple : ce que l’on fait dans notre rêve n’est pas conforme à nos valeurs, alors, on s'imagine corporellement différent à ce que nous sommes vraiment. C’est pour cela que Freud considère que même les éléments les plus insignifiants qui nous donnent l’impression que ce n’est pas important, que c’est dérisoire ou stupide, doivent au contraire être l'endroit où l'on doit  y placer toute son attention, parce que derrière, se cache du contenu latent.

 

C'est votre devoir dans la vie de sauver votre rêve. Amedeo Modigliani

Le troisième procédé est le procédé de figuration. Pour Freud, le travail utilise ce qu’il appelle le procédé de figuration, tout est transformé en image, c’est en fait le langage du rêve.

Le quatrième procédé : l’élaboration secondaire. Ce mécanisme veut qu’au réveil, le rêveur souhaite trouver une cohérence à son rêve et tente d’élaborer un scénario autour de ce rêve. C’est grâce à ces séquences que l’on peut trouver des indices sur la nature même du rêve.

Le cinquième procédé est la dramatisation : c’est un ajout conceptuel à l’interprétation. Ce procédé agit comme un réalisateur entre le texte de la pièce de théâtre et les situations qui vont être jouées sur la scène de théâtre. Le travail du rêve se met en place à partir d’une idée, des situations, des scènettes, des scènes. Freud l’utilise pour désigner le fait que le rêve agit comme metteur en scène. Il transforme nos désirs en situations concrètes, jouées dans le rêve.

 

Un enfant qui devient adulte est un homme qui ne rêve plus. Rémy Donnadieu

Pour Freud, les rêves ont un caractère érotique. Ils sont donc, la plupart du temps pour Freud, un accomplissement des désirs sexuels inconscient. Toutes ces pulsions, tout ce qui est en nous peut passer par la censure, se transformer par le travail du rêve, et donc teinter sexuellement nos rêves même si le contenu manifeste est lui dépourvu, a priori, d’érotisme et de sexualité.

Freud introduit alors la notion de « symbole » pour dire qu’il y a des éléments du contenu manifeste du rêve, qui ont une signification directement liée à l’érotisme ou aux désirs infantiles. Il s’agit donc dans l’analyse du rêve d’identifier ces symboles qui sont une résistance que se produit régulièrement avec certains éléments du rêve. Il travaillait donc avec le patient en psychothérapie pour voir les chaînes associatives qui se mettent en œuvre et de revenir le plus près possible du contenu latent.

 

Ne rêve pas ta vie, vie tes rêves ! Anna

Pour Freud, les symboles du sexe masculin sont plutôt de forme phallique : bâton, montagne, arbres, poteaux. Il peut s’agir également d’objets qui peuvent nuire ou pénétrer le corps : couteau, épée, lances… Selon Freud, le phallus est aussi associé aux objets par lequel s’écoule de l’eau : arrosoir, tuyaux… Les objets extensibles comme les stylos, les antennes sont aussi d’ordre masculin et plus particulièrement de l’érection.

Aussi, le chiffre 3, revêt dans les rêves la signification symbolique de l’organe sexuel de l’homme. Tout rêve qui se compose en trois parties renvoi à cette symbolique.

 

Rêve de grandes choses, cela te permettra au moins d'en faire de toutes petites. Jules Renard

Il existe aussi des symboles pour le sexe féminin qui sont souvent représentés par des objets creux qui peuvent contenir des choses : grottes, bouteilles, boîtes, valises… Mais aussi des lieux : passages, portes, églises, couloirs…

Il est souvent admis que la perte d’une dent dans un rêve est synonyme de mort. Pour Freud, ce n’est pas du tout cette symbolique qui est mise en jeu, mais celle de la castration, la punition ou de la masturbation. Cette pratique étant associée également pour Freud par les jeux, instruments de musique.

Pour Freud, les activités rythmiques comme la danse, l’escalade ou l’équitation dans un rêve symbolisent le rapport sexuel lui-même. Si un roi ou une reine y sont associés, Freud considère que la relation est taboue avec un parent, qu’elle est liée au complexe d’Oedipe.

 

Rêve ta vie pour contrer l'ennui, mais vis tes rêves pour combler l'envie. David Tellier

Pour Freud, dormir est une fonction organique nécessaire au corps et à l’esprit, le rêve n’a pour fonction que de laisser le rêveur dormir. Le rêve permettrait au rêveur de rester endormi en assouvissant quelque part ses désirs. Mais il arrivera des rêves d’angoisse, des cauchemars, lorsque l’irruption de désir ou l’éruption volcanique de l’inconscient dans le conscient fait se réveiller le rêveur parce que c’est trop brutal pour lui.

 

Conter son rêve, c'est être revenu à l'état de veille. Sénèque

Pour Freud tout ce qui est construit à partir du contenu manifeste à un sens, il s’agit pour lui d’appliquer une méthode, la méthode de libre association directement issue des méthodes thérapeutiques.

Tous les éléments sont pris un par un et analysés grâce à cette méthode des associations libres. On va laisser le patient ou le rêveur, dire ce qui lui passe par la tête le plus simplement du monde, sans réfléchir, ce qui lui vient. On pose des questions comme « ça vous fait penser à quoi ? » ou « quelles sont les idées qui vous viennent ? »… Ainsi on créé une chaîne associative qui a pour but de se rapprocher le plus possible autour de chaque idée du contenu latent, c'est-à-dire ce qui provient directement du dessous, de l’inconscient et qui a jailli et transformé par le jeu de la censure dans le conscient, qui a teinté le contenu manifeste du rêve.

On aura à la fin, une sorte de rébus pour proposer un sens qui permettra de comprendre le contenu latent.

 

Si rêve et persévérance il y a, réalité il y aura. Zoé Antinea

Voici un tour rapide sur les idées que Freud nous dévoile dans  son ouvrage initial «l’interprétation des rêves » paru en 1899 (officiellement en 1900 pour des raisons marketing). Il  comprend plus de 600 pages et pendant 30 ans de sa vie (8 éditions), Freud n’a jamais cessé de relire et de réécrire son texte. 

Dans ce livre on retrouve le fameux chapitre 7 sur le fonctionnement de l’esprit et le fameux « Conscient, préconscient et inconscient» ce qui est novateur pour l’époque. Freud pose dans ce  livre les fondements de la psychanalyse.

Ce livre n’a pas été énormément vendu et l‘éditeur de Freud lui en demande un contenu plus vulgarisé. C’est ainsi qu’est né «  « Sur le rêve », un manifeste de 150 pages qui reprend les idées du premier, mais qui les rend plus accessibles.

 

L'espérance : un rêve qui veille. Carlo Dossi

Évidemment, les théories de Freud sur l’interprétation des rêves ne font pas l’unanimité.

Certains psychologues lui reprochent d’être tombé dans l’hyper symbolisme et la sur-interprétation. Si en effet, tout est contenu latent dans un rêve, comment en dégager une signification claire ?

Karl Popper, philosophe des sciences du XXᵉ siècle, reproche à la théorie psychanalytique qu’aucun fait empirique ne peut la réfuter. Popper, un des plus grands noms de l’épistémologie, a élaboré la théorie du critère démarcation entre les sciences et les pseudosciences (les disciplines qui paraissent être des sciences, mais ne le sont pas vraiment). L’idée de ce critère lui est venue à l'occasion de sa rencontre avec la psychanalyse, une discipline pour laquelle il s’était enthousiasmé et dont il a ensuite compris la faiblesse. Popper a fait comprendre l'insuffisance du critère de la vérification empirique en montrant qu’«il est facile d'obtenir des confirmations ou des vérifications pour pratiquement n'importe quelle théorie — si ce sont des confirmations que nous cherchons».

Une autre critique, morale cette fois-ci, engendrée par le philosophe Alain et Jean-Paul Sartre, qui ont formulé que l’idée que la conscience est double et absurde, car elle ruine la responsabilité et la liberté du sujet qui ne serait plus maître de lui-même.

 

Un but est un rêve avec délai. Master Franck

 

Rêves et révélations

Les références aux songes (somnium) et aux visions (visio) prophétiques occupent une place importante dans l'Ancien et le Nouveau Testament. Jacques Le Goff, historien médiéviste français, liste 43 rêves dans l'Ancien Testament et seulement 9 dans le Nouveau.

Le rêve est en effet un procédé privilégié de Dieu pour communiquer avec les hommes : « S'il y a parmi vous un prophète, c'est en vision que je me révèle à lui, c'est dans un songe que je lui parle » (Livre des Nombres, 12, 6.).

Bien que les visions ne soient pas subordonnées au sommeil, comme c'est le cas dans les songes, il n'est pas toujours aisé de différencier les deux dans les textes bibliques. La prophétie est cependant contraignante et expose le prophète.

Inversement, lorsque la prophétie fait défaut, les songes ne sont plus habités par Dieu : ainsi Saül se plaint « Et Dieu m'a abandonné et ne me répond plus, ni par les prophètes ni par les songes » (Premier livre de Samuel.).

Le Goff note qu'il n'y a pas d'apparition de morts ou de démons dans les songes bibliques. Si Dieu envoie des rêves vrais, il existe de nombreux rêves mensongers et trompeurs envoyés par de faux prophètes. Le temps et l'au-delà n'appartiennent qu'à Dieu et le rêveur humain n'y a accès que par ce que Dieu lui révèle.

 

Que ton objectif soit toujours suprême, si sa réalisation échoue au moins tu aurais vécu un précieux beau rêve. Talal Ghosn

Le rêve et les civilisations

Les découvertes archéologiques témoignent que les Égyptiens de la Xe dynastie croyaient qu'un rêve pouvait révéler l'avenir et avaient recours à des "clés des songes". Ces rêves prémonitoires étaient considérés comme se manifestant le plus souvent sous une forme non immédiatement compréhensible, d'où le recours à un art spécial d'interprétation.

Au iie siècle av. J.-C., Artémidore de Daldis développe un système d'interprétation des rêves très élaboré, l’Onirocriticon. Pour Artémidore:

Le songe est un mouvement ou un modelage polymorphe de l'âme qui signifie les événements bons ou mauvais à venir.

Il distingue:

  • les rêves ordinaires (enupnion)
  • des songes prémonitoires (oneiros)
  • soit directs (immédiatement compréhensibles)
  • soit indirects (allégorie nécessitant une interprétation).

Le rêve est également important dans les pratiques chamaniques. Le futur chamane acquiert son pouvoir de guérison du fait d'avoir été malade et, par la qualité de ses rêves, il obtient savoirs, pouvoirs et statut social de chamane. L'âme du futur chamane est ainsi forgée dans un monde autre, soumise aux épreuves du rêve : rencontre avec des figures divines (Dame des Eaux, Seigneur des Enfers, Dame des animaux), esprits-guides, révélations sur les maladies et leur traitement, dépeçage et cuisson du corps du chamane.

Avec la « Raison grecque », les philosophes et médecins grecs s'intéressent aux rêves et à leurs significations, autres que sacrées ou divines.

  • Pour Démocrite, le rêve est une image émanant d'objets ou de personnes (pensées ou formes extérieures) éloignées, et déformée par cette transmission à distance.
  • Selon Platon et Socrate est défini le rêve comme un lieu où les désirs honteux, réprimés le jour, se réalisent (ce que l’on retrouve dans l’analyse de Freud).
  •  Pour Aristote, dans son Petits Traités d’histoire. Les rêves sont comme un phénomène somatique lié au vécu de la journée. Le rêve provient d'une fausse perception du corps durant le sommeil, analogue au reflet d'une image dans une eau agitée (ce que l’on retrouve également dans l’analyse de Freud).
  • Le médecin grec Hippocrate développe également une théorie médicale du rêve dans le traité du Régime, livre IV. Ce texte a fait l'objet de publications à part sous des titres tels que Traité d'hygiène d'Hippocrate ou l'Art de prévoir les maladies du corps humain par l'état du sommeil.

À l’époque médiévale, provenant d'originaux byzantins, les textes païens antiques comme l'Oneirocriticon d'Artémidore (IIe siècle) ou la Clef des songes du Pseudo-Daniel (IVe siècle) seront portés à la connaissance de l'Occident chrétien dans leurs traductions latines. Le traité le plus achevé sur les rêves est celui de Macrobe (fin du IVe siècle) Commentaire au songe de Scipion, où il distingue cinq types de rêves : groupés en rêves prémonitoires (clairs ; énigmatiques ; envoyés par la divinité) et les rêves non prémonitoires (symboles du passé ou du quotidien ; illusion pure par impression extérieure).

Le premier théologien chrétien du rêve est Tertullien qui rédige, vers 210-215, un De anima qui contient un traité sur les rêves. Dans De genesi ad litteram, Saint Augustin (354-430) se pose la question de savoir si l'homme est responsable de ses rêves sexuels. Quant à Grégoire le Grand, pape en 590, il distingue trois grands types de rêves : ceux dus à la nourriture et à la faim, ceux envoyés par les démons et ceux d'origine divine.

Puis l'Église tend à interdire l'oniromancie, et de limiter l'incubation, comme pratiques païennes. Elle s'efforce de détourner les chrétiens de l'interprétation des rêves. Le Goff décrit un processus contradictoire, où le rêve est d'abord surveillé, bloqué, diabolisé (rêves sexuels), car le chrétien ordinaire (celui qui n'est ni roi, ni saint) ne peut avoir accès direct à Dieu par ses rêves, mais uniquement par l'intermédiaire de l'Église.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur les rêves, et comme à chaque fois, je m’efforce de trouver des contenus rationnels et pragmatiques pour mes dossiers. J’ai donc fait le choix de ne pas développer toutes les notions de rêves prémonitoires.

Pour conclure et en revenir au premier point de ce dossier, si vous avez un rêve, entreprenez-le comme si vous meniez un projet, de façon rationnelle et organisée. Et rappelez-vous, il ne tient qu’à vous de réaliser votre rêve.

Un an pour prendre soin de vous

Ajouter un commentaire