Rétrospective de juillet 2019 : La confiance en soi

Par | Le 31/07/2019 | Commentaires (0) | Blog sur l'art-thérapie, psychologie, psychanalyse et neurosciences

La confiance en soi -  Dossier de juillet 2019

« La confiance en soi est la base du courage, de l’initiative, de l’enthousiasme. » - O.S Marden

 

« La confiance en soi permet l’éblouissement de l’être. » - Jean Gastaldi

Perte de confiance en soi : un véritable obstacle à votre bien-être.  Il s’agit donc d’avoir la conviction que vous avez en vous toutes les ressources nécessaires pour agir, réagir et vous adaptez aux changements qui s’offrent à vous. L'art-thérapie peut vous aider à surmonter vos appréhensions.

I - Perte de confiance en soi : les causes principales

1. Un évènement

Un évènement des plus anodins peut amener un individu à arrêter de croire en lui. Une petite remarque désobligeante, un simple commentaire, une blague banale prise au premier degré… Et ce dernier rentre dans la spirale infernale du manque de confiance en soi. Mais pas seulement, les origines de la perte de confiance peut également être multifactorielle.

 

« L'objectif de toute éducation devrait être de projeter chacun dans l'aventure d'une vie à découvrir, à orienter, à construire. » - Albert Jacquard

 

2. L’éducation

Une éducation trop permissive ou au contraire trop stricte, la surprotection des parents, la peur d’échouer ou de mal faire sont autant de facteurs qui peuvent altérer la confiance en soi. Sans oublier, la peur de se mettre en valeur, le sentiment d’être incompris(e), un état d’esprit négatif. Mais aussi, les blessures narcissiques et le manque d’intelligence émotionnelle.

Retrospective du mois de juillet

« Nos pensées au sujet de ce que nous sommes et de ce que nous pouvons être, déterminent précisément ce que nous pouvons être » - Anthony Robbins

 

3. Le manque d’estime de soi - Se voir avec bienveillance ou dépréciation constante

On ne dirait pas à un ami : « tu es nul ! » alors pourquoi se le dire à soi-même ?

Se dévaloriser sans-cesse, se sentir nul, incapable, incompétent, jamais à la hauteur. Les « hyponarcissiques » souffrent d’un manque d’estime de soi flagrant qu’ils ne cessent de verbaliser à qui veut bien les écouter. Ils cherchent en fait à être rassurés, la dévalorisation de soi est une demande de réconfort, nous voulons être plaint, aidés, aimés.

Un manque d’estime de soi peut également être un prétexte pour se déresponsabiliser, éviter certaines situations ou tâches « pourquoi s’y atteler puisque nous sommes mauvais et nous restons en position de victime. Ce positionnement devient alors un mécanisme de défense.

Se plaindre est également une façon d’exister, mieux vaut être reconnu en tant que nul plutôt qu’en tant que rien. Tout sauf l’indifférence.

 

« Vous ne faites pas confiance ? On ne vous fera pas confiance. » Isaïe

 

4. Le manque de confiance aux autres

Avoir confiance en soi permet d’avoir confiance aux autres, mais l’inverse est aussi vrai. Faire confiance aux autres vous permettra également d’améliorer votre confiance en vous.

Il y a deux raisons principales qui peuvent faire que vous ne faites pas confiance aux autres : Une personne vous a fait vivre un évènement qui a ébranlé votre confiance ou on vous a appris que dans la vie il vaut mieux ne pas compter sur les autres.

Si je développe, ce peut être une agression, du harcèlement, une trahison, des carences affectives durant l’enfance, vous avez dû vous débrouiller seul très tôt et par ce fait vous êtes habitué à ne compter que sur vous-même. De multiplies raisons peuvent vous avoir fait perdre la confiance en l’autre mais le résultat est le même :  vous généralisez un fait. Par un seul évènement qui a eu lieu à un instant précis avec une personne précise vous reportez vos émotions sur l’ensemble de la population.

C’est aussi un signe flagrant de manque de confiance en soi que de vouloir rabaisser les autres, pour paraitre plus grand.

 

« Malgré notre besoin vital de confiance en nous, il est important de savoir distinguer l’arrogance de la fierté légitime. » Dalaï Lama

 

II - Caractéristiques des personnes qui n’ont pas confiance en elles :

1. Manque d’estime de soi - Ne se voit pas avec bienveillance (se dévalorise) – Dépréciation constante

2. Ne connait pas ses forces et ses faiblesses – Avoir des doutes en permanence

Nos succès dépendent en grande partie de qui nous sommes et de ce en quoi en croit. Pour aller loin, mieux se connaitre permet d’affirmer ses choix en ne laissant aucune place au doute.

Connaître ses forces et ses faiblesses, ses qualités et ses défauts permet d’en tirer le meilleur parti et de mieux s’affirmer. C’est la première étape vers un gain de confiance en soi. Ainsi l’on est en mesure de mettre en avant ses atouts dans toutes les situations du quotidien. En déterminant les points faibles, on peut travailler à les améliorer. Reconnaître ses atouts et ses faiblesses pour se mettre en valeur

 

« Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable. C’est à toi de choisir et de vivre ta vie. » Laurent Gounelle

 

3. Se compare - Complexe d’infériorité 

Lorsque l'on parle de complexe d'infériorité, on ne fait pas référence à la simple jalousie passagère. Ce sentiment de se sentir perpétuellement moins bien, moins beau, moins intelligent rend la vie infernale. On peut s'en sortir. 

Les personnes sont souvent victimes de pressions qu'elles se mettent elles-mêmes pour atteindre un objectif. Ceci ne fait que renforcer ce déséquilibre et leur croyance. Car il s'agit parfois de véritables lacunes, de manques (cultures, aisance sociale), mais aussi d'idées fausses, notamment sur tout ce qui touche l'aspect physique. On peut souffrir d'un aspect de sa personnalité, ou de son être de manière globale.

On se trouve dans une vision très négative de soi.

 

« Si vous avez confiance en vous-mêmes, vous inspirerez confiance aux autres ». - Johann Wolfgang Von Goethe

 

En fait, les causes du complexe d’infériorité viennent tout simplement du fait qu’une personne nécessite constamment l’approbation d’une entité qui lui est chère. Cette « entité » peut être la famille, les collègues, la hiérarchie… bref, des personnes qui comptent pour la victime. Accordant trop de valeur au jugement des autres, elle ne se comportera plus comme elle le voudrait. En effet, il arrive que ceux qui souffrent du besoin de reconnaissance fassent des pensées de leur entourage leurs priorités. De fait, ces personnes n’agissent plus selon leur réelle volonté, mais en conséquence de ce qu’elles pensent que les autres pensent.

 

« Qui manque de confiance en soi est sans cesse à la merci de l’opinion des autres. » – Auteur inconnu

 

Il existe deux normes : la norme jugeante et la norme aidante.

La norme jugeante va voir la difficulté, la différence ou le trouble comme un obstacle au bon fonctionnement d’un parcours « normal ». Elle a peur de ce qui n’entre pas dans son « moule ». Elle qualifie la différence par « tu es bizarre », « tu ne réponds pas aux attentes », « tu ne fais pas d’effort », « tu es décevant »… Elle projette la difficulté comme le reflet de son propre échec

La norme aidante va au contraire reconnaître la difficulté, la différence ou le trouble. Elle valorise la différence : « quelle chance nous avons, tu nous fais voir les choses autrement ! » et aide à réussir en dépit des difficultés ou des troubles.

Il faut se sortir de la comparaison et des compétitions sociales. La compétition entraine des comportements anxiogènes.

L’avis des autres n’est pas important, Ne pas écouter n’importe qui certes même si la personne confiante ne donne pas d’importance à l’avis général, cela ne l’empêche pas d’écouter les personnes les plus proches, les plus compétentes et les plus concernées par son projet.

 

« La confiance en soi, c’est éliminer de notre chemin de vie les craintes inutiles. » - Jean Gastaldi

 

4. Ne sort pas de sa zone de confort - La peur de tout engagement affectif ou professionnel.

Difficulté à prendre des initiatives et à faire des choix pour soi

En effet, lorsque l’on a des difficultés à croire en soi, on a tendance à laisser passer toutes les opportunités qui se présentent à nous. Pour la simple et unique raison qu’on a peur de prendre des risques et de sortir de notre zone de confort. On se contente alors du peu que l’on a et on n’aspire pas à mieux. D’ailleurs, ce manque d’entrain face aux challenges est ce qui différencie le plus une personne charismatique bourrée de confiance de celle qui ne l’est pas.

Pour prendre davantage confiance en vous, vous devez sortir de votre zone de confort, relevez de nouveaux défis, abordez de nouvelles personnes, pratiquez des activités différentes.

 

« La confiance en soi est la base du courage, de l’initiative, de l’enthousiasme. » - O.S Marden

 

N’oubliez pas que rien n’est jamais sûr. Avoir confiance en soi c’est savoir qu’il y a aura des obstacles, des échecs et des imprévus, mais qu’on y arrivera quand même. Peu importe ce que la vie vous réserve, restez optimistes. La route vers le succès est parsemée d’échecs il vous faut apprendre de vos échecs. Un échec est une leçon de laquelle il faut ressortir grandis. Un enfant tombe souvent avant de savoir marcher : ne l’oubliez jamais.

 

« Il ne faut pas attendre d’être parfait pour commencer quelque chose de bien. » Abbé Pierre

 

5. N’accepte pas de ne pas être bon

Nous avons vu lors de mon dernier grand live que le perfectionnisme était… il vaut mieux être

Vous n’êtes pas parfait, et avez-vous besoin de l’être ? Non, alors lâchez prise sur cette idée d’être parfait. Ça vous libérera d’un poids immense.

 

 « Le compliment bien placé, mérité, est un témoignage de bienveillance. » - Diane de Beausacq

 

6. Ne sait pas recevoir de compliments - Tendance à se justifier sur ses actes - Incapacité à se sentir fier et satisfait de ses réussites

Chaque jour vous accomplissez une foule de tâches qui peuvent solliciter des compliments, apprenez à recevoir des commentaires positifs et à les apprécier, ainsi vous réhausserez votre estime personnelle. Si vous n’y parvenez pas, prenez les compliments comme des encouragements sur lesquels vous pouvez vous baser pour connaître vos principales forces.

Tous les matins, regardez-vous dans le miroir et faites-vous des compliments.

 

« La peur gêne l’action, insinue le doute. La confiance mène à l’audace et à la liberté. » – Auteur inconnu

 

7. N’implique pas son corps dans l’action – Peur du regard de l’autre

Vous n’êtes pas responsable de ce que pensent les autres : ce qu’ils pensent n’engage qu’eux.

La vie n’est pas Instagram : Ça n’est pas parce qu’une norme est adoptée par tout le monde que vous devez vous y plier. Surtout si celle-ci ne correspond pas à vos valeurs et à votre personnalité.

Vous ne pouvez pas savoir ce que les autres pensent de vous. Pourtant vous êtes persuadé qu’on vous juge. C’est tout simplement parce que vous transposez sur les autres votre propre système de valeurs et d’appréciation de ce qui est bien ou pas bien

 

« L’estime qu’un être humain a de lui-même, le sens de sa propre valeur ne doivent jamais dépendre du regard des autres. » – Auteur inconnu

 

Et voici une vérité : Plus vous critiquerez plus vous aurez peur du regard des autres et si vous êtes sensible à la critique ou au regard des autres, cela impactera votre niveau de confiance en soi.

Donc, arrêtez de vous construire des images négatives de vous-même.

D’abord, soignez votre posture, la confiance en soi transparaît à travers votre posture et votre regard. Tenez-vous droit, vos épaules relevées, la tête haute et marchez d’un pas assuré. Souriez davantage. Puis affirmez-vous.

 

« Sois toi-même, toutes les autres personnalités sont déjà prises » - Auteur inconnu

 

8. Incapacité à s’affirmer, à s’imposer et à se mettre en valeur - Impossibilité d’évoluer et de se surpasser

L’affirmation de soi est une formidable compétence relationnelle qui permet de se faire entendre.

L’affirmation de soi consiste à exprimer et faire entendre ses besoins, envies, opinions etc avec confiance, assurance et respect de l’interlocuteur. Or, lorsque l’on manque de confiance en soi on a toutes les peines du monde à s’affirmer et si on essai de le faire, c’est toujours de façon très maladroite.

Pour résumer, la capacité à s’affirmer avec sérénité simple et sans complexe est sans doute le fruit d’un cocktail d’estime de soi, de confiance en soi, de compétences relationnelles et communicationnelles, de la capacité à identifier et à fixer ses limites et du dépassement de certaines peurs relationnelles (peur du jugement, peur de l’autre, peur de mal faire, peur de déplaire, d’être rejeté…).

 

« L’action efface les peurs. » – Auteur inconnu

 

III – Les conséquences d’un manque de confiance en soi

1. L’angoisse et le stress permanent 

La perte de confiance en soi conduit inévitablement à la peur. Qui elle-même entretient le manque de confiance en soi. Il s’agit d’un véritable cercle vicieux que vous allez inconsciemment maintenir. Cet état de stress et d’inquiétude permanent va ensuite vous amener à une forme d’anxiété et de nervosité constante. Résultat : vous focalisez constamment votre attention sur les émotions négatives et vous vous trouvez complètement déconnectés du moment présent en envisageant toujours les pires scénarios pour votre avenir.

 

L'immense majorité de nos frustrations, de nos souffrances, de nos tristesses - de notre malheur - résulte d'une interprétation hâtive. - Arthur Dreyfus

2. Les frustrations

Beaucoup de personnes sont frustrées de vivre un décalage entre leur vie quotidienne et ce qui les inspire… De ne pas pouvoir offrir au monde ce qu’elles ont à donner… De gâcher leur temps…Elles décident parfois de prendre leur vie en main, d’agir pour changer ce qui ne va plus…

Elles prennent des résolutions, imaginent de grands projets… mais il vous faut être à la hauteur de vos projets.

C’est ce que nous voyons dans la pensée positive : un projet n’est viable que s’il est à votre porté. Il faut que vos objectifs soient atteignables pour ne pas perdre confiance en vous et ambitieux pour nourrir votre estime de vous et réalistes. Même si vous y mettez beaucoup d’énergie, surtout si vous y mettez beaucoup d’énergie mais que vous n’êtes pas à la hauteur de vos ambitions, toute l’énergie retombera… Et que ça recommence :

La frustration et la déception de de voir peu de résultats par rapport à l’effort pour changer les choses.

 

 « La mélancolie rend la solitude attrayante. » - Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre

3. La solitude

« La solitude est l’aphrodisiaque de l’esprit, comme la conversation celui de l’intelligence » disait Emil Michel Cioran, philosophe poète et écrivain roumain. 

Il s’agit de l’une des conséquences les plus marquées de la perte de confiance en soi. Et pour cause ! La perte de confiance en soi vous amène à vous enfermer dans une réalité construite sur vos propres préjugés et les idées erronées que vous avez de vous-même. Afin d’éviter les jugements des autres et leurs réactions, vous préférez alors limiter vos échanges sociaux au strict minimum. À long terme, cela peut même se transformer en une véritable anxiété sociale. D’ailleurs, il faut aussi comprendre que lorsque vous avez du mal à vous mettre en valeur, à vous affirmer et à montrer que vous existez, il est très difficile pour les autres de nouer des liens avec vous. D’où l’impression d’être seul et triste.

Dans un champ plus large, la solitude désigne à la fois le fait d’être seule et le sentiment qui l’accompagne. Le plus souvent la tristesse.

Raison pour laquelle, la solitude est souvent liée à l’état de déprime et de manque. 

 

« La vraie liberté c'est quand personne ne vous attend, la vraie solitude c'est quand vous attendez n'importe qui. » - Grégoire Lacroix

 

La solitude a plusieurs composantes :

Tout d’abord, il survient lorsque l’individu éprouve le sentiment d’absence physique. Le fait de se sentir seul et triste est donc associé à un manque de compagnie et un manque d’échange avec une personne réelle. 

Ladite blessure narcissique entre alors, en ligne de mire. D’ailleurs, au-delà de la solitude, cette insatisfaction le contraint souvent à se poser de nombreuses questions concernant sa relation avec l’autre. Pourquoi je me sens incompris ? Pourquoi ai-je un sentiment de vide alors que j’ai quelqu’un à mes côtés ? Comment sentir l’amour de quelqu’un ? Ces questions reviennent encore et encore !

Enfin, tout évènement peut également devenir une cause de solitude, si le cerveau l’interprète ainsi. De fait, peu importe qu’elle soit réelle ou non, ce sera la façon dont l’individu va vivre la situation qui va engendrer l’état de solitude et de tristesse.

Que faire quand on se sent seul ? Et bien, pour ne pas se sentir seul et triste, il est important pour d’apprendre à hiérarchiser ses besoins et ses manques. Ceci afin de mieux cibler ses priorités. Et donc, d’y voir plus clair dans vos attentes vis-à-vis de vous, mais aussi des autres. Pour cela, il faut identifier les origines de ce sentiment de solitude. Non seulement cette identification permettra de prendre conscience que la solitude existe, mais également de mettre en œuvre le changement que vous souhaitez.

« Crois en tes rêves et ils se réaliseront peut-être. Crois en toi et ils se réaliseront sûrement. » – Auteur inconnu

 

IV- Comment reprendre confiance en soi

1. Des objectifs clairs

Il vous faut donc vous fixer des objectifs clairs et à votre porté : il faut des objectifs clairs !

Par exemple, voici des objectifs particulièrement vagues :
« Je vais gagner en confiance en moi ».
« Je veux être libre ! ».
« Je veux arrêter d’être stressé(e) ».

Creuser ces objectifs : qu’est-ce qui va vous permettre d’avoir plus confiance en moi ? En quoi voulez-vous être libre ? Quelles sont les peurs qui vous angoissent et vous stressent ?

Mais surtout, transformez l’adversité et les problèmes en opportunités afin d’atteindre votre plein potentiel personnel. Il s’agit donc, d’un état d’esprit dynamique tourné vers le positif.

 

« Afin d’être quelqu’un, tu dois d’abord être toi-même. » – Auteur inconnu

2. Posez-vous les bonnes questions

Quel est votre but dans la vie, vos rêves, vos peurs et vos envies ? Quels sont vos points forts et vos points faibles ? Ces questions vous permettront de savoir pourquoi vous êtes ici en ce moment et de mieux se connaitre. Pour trouver les bonnes réponses, écoutez votre cœur, car il sera votre meilleur conseiller.

 

« L'envie comme le caprice est fille de la liberté. » - Francis Bossus

 

3. Écouter vos besoins et vos envies

Replongez-vous en enfance et pensez aux choses que vous aimiez faire et pour lesquelles vous excelliez. Aujourd’hui, pensez aux choses qui vous font plaisir : votre passion, vos loisirs… Bref, ce à quoi vous dépensez votre argent et tout votre temps libre. En faisant abstraction de ce qui vous entoure, vous vous concentrez sur vous-même pour connaître vos aptitudes, vos aspirations, vos motivations… et vos talents cachés. Ainsi, bien plus qu’un outil de relaxation, la méditation est un mécanisme qui permet de connaitre son moi le plus profond.

« Les maux du corps sont les maux de l’âme. Ainsi on ne doit pas guérir le corps sans chercher à guérir l’âme. » - Platon

 

4. Prendre soin de soi 

Comme vous le savez certainement, le fait d’être seul et de se replier sur soi est un facteur de risque de dépression et d’altération de l’estime de soi. En effet, plus un individu se sent seul, moins il s’attribuera de la valeur. Pour désamorcer cette situation problématique, prendre soin de soi autant physiquement qu’émotionnellement est donc primordial. Non seulement, pour l’épanouissement personnel, mais aussi pour rebooster la confiance en soi. D’autant plus qu’en sortant de votre cocon vous vous donnez la chance de faire de belles rencontres. Soignez votre apparence physique, pratiquez des activités physiques, sportives ou artistiques et surtout privilégiez les petits plaisirs. 

 

« Être soi-même dans un monde qui essaye constamment de vous en empêcher est la plus grande des réussites. » - Waldo Emerson

 

5. Apprendre à être à l’aise avec soi-même

En effet, l’art de bien être avec soi-même est un atout de taille contre la solitude. Tout d’abord, parce qu’en apprenant à vivre avec la solitude, vous dédramatisez votre situation. Ensuite, savoir être seul favorise la connaissance de soi et permet de se réconcilier avec soi. En effet, pouvoir vivre pleinement les moments de solitude sans se sentir seul et triste, c’est le chemin vers l’acceptation de soi. Et comme le disait si bien Ralph Waldo Emerson, « Être soi-même dans un monde qui essaye constamment de vous en empêcher est la plus grande des réussites. »

 

« Pour avoir du talent, il faut être convaincu qu’on en possède. » - Gustave Flaubert

6. Se trouver du talent

Lister ses forces et ses faiblesses : Le mieux, c’est de dresser une liste de ce qui vous incommode chez vous. Sur une autre feuille, vous dresserez la liste de vos atouts. Ensuite, n’essayez pas de dissimuler vos soi-disant faiblesses. En effet, plus vous allez dans ce sens, plus ses « défauts » se feront remarquer. Au lieu de cacher quoi que ce soit, travaillez plutôt vos atouts et trouvez les moyens de les mettre en valeur.

Tout le monde a un talent. Mais dans un monde où l’on est plus jugé par nos faiblesses que par nos forces, on cherche à améliorer ce qui ne va pas au lieu de révéler tout notre potentiel. En effet, depuis notre enfance, tous nos proches (parents, instituteurs…) nous incitent à nous focaliser sur nos points faibles. Bien sûr, vouloir s’améliorer est un geste louable, parce que cela nous prouve que rien n’est impossible quand on le veut vraiment. Mais d’un autre côté, connaitre son talent naturel permet de développer sa confiance en soi. Et comme on nous le répète souvent, pour relever les défis et se dépasser, il faut nourrir son estime de soi.

Alors, comment connaitre son don ? Vous n’êtes peut-être pas un artiste ou un grand inventeur, et encore moins un penseur. Mais vous avez des talents cachés qui n’attendent que d’être révélés. Pour trouver son talent et mieux se connaitre, il faut demander à ses proches de nous décrire. Et pour cause, le talent est souvent ignoré par soi-même notamment lorsqu’il n’est pas flagrant. Vous aimez aider les autres au détriment de votre bonheur personnel ? Cela veut dire que vous avez le don d’écouter. Quand vous faites quelque chose, vous tenez à ce que tout soit parfait ? Le sens de l’organisation et le souci des détails sont votre talent naturel. 

Par ailleurs, faire une liste de ses réussites permet également de trouver la réponse à la question « comment connaître son don ». Pour ce faire, listez tous les événements que vous considérez comme une victoire, indépendamment de ce que les autres pensent. Ensuite, demandez-vous quels traits de caractère vous ont permis de les réussir. Les voilà vos talents. 

 

« Celui qui est et qui reste vrai envers lui-même et les autres possède le plus bel attribut des grands talents. » - Johann Wolfgang von Goethe

 

Mais qu’est-ce que le talent ?

Le talent est une capacité innée qui se forge dès l’enfance, avant ses 3 ans d’après les neuroscientifiques. Il n’est pas un acte isolé, et se reproduit tout le temps. Autrement dit, ce n’est pas parce que vous avez réussi une fois à résoudre un problème de physique que vous avez un talent pour ce domaine. Pour répondre à la question comment connaître son don ou comment être sûr que la physique est un don, essayez de résoudre plusieurs problèmes. Si vous vous en sortez chaque fois haut la main, c’est que c’est votre talent. 

Enfin, le talent peut être perfectionné une fois que l’on est adulte pour devenir un point fort. Un trait de personnalité qui nous rend unique et authentique.

 

« En imposer pour ne pas avoir à imposer, voilà en quoi consiste le charisme. » - François Proust

7. Développer son charisme

Pour cela, il est important tout d’abord de bien travailler son charisme. Travailler son charisme revient à développer sa prestance, adopter une attitude positive, se jeter dans l’eau et apprendre à changer de perspective. En développant ces aspects de votre personnalité, vous allez gagner en assurance et donc en confiance. D’ailleurs, il faut savoir que travailler sa confiance en soi, c’est aussi et avant tout travailler son charisme. Ensuite, il est également important de savoir s’entourer de personnes qui sauront vous mettre en valeur et vous encourager. Enfin, pour reprendre confiance en vous, vous devez également arrêter de vous comparer aux autres. D’ailleurs, comme le disait si bien l’écrivain de talent Raoul Vaneigem : « Ne te compare à rien ni à personne, tout être est unique ». Pour une vie épanouie, cette citation sur la confiance en soi vaut une règle. 

« Aujourd'hui nous recevons trois éducations différentes ou contraires : celles de nos pères, celles de nos maîtres, celle du monde. Ce qu'on nous dit dans la dernière renverse toutes les idées des premières. » - Montesquieu

 

8. Parents, trouvez la bonne mesure

Le professeur autrichien Alfred Adler a mis le premier des mots sur ce mal-être. Pour le fondateur de la psychologie individuelle, le sentiment d'infériorité trouve son origine dans l'enfance. En effet, un bébé est tellement dépendant des adultes et de ses parents en particulier, que ce sentiment est naturel. Le problème survient quand on ne parvient pas à dépasser ce stade. Ce sont souvent les parents qui ont mis la barre trop haute, qui ont donné des défis trop difficiles à atteindre par l'enfant ou, au contraire, qui l'ont dévalorisé. La personne dénigre alors ses qualités et est obnubilée par ses faiblesses et ses défauts.

A l’inverse, nous ne devons pas oublier que trop de compliments peuvent engendrer le besoin de reconnaissance. En effet, ayant toujours été applaudi par le moindre effort, l’enfant deviendra dépendant de ces compliments et voudra les retrouver dans d’autres milieux. Plus tard, lorsqu’il deviendra adulte, il cherchera toujours cette approbation que ses parents, ses professeurs, ses collègues, etc. lui ont excessivement donnée dans son enfance. Il en résulte alors que la personne en question ne se sentira pas à la hauteur à la moindre défaillance.

 

« La créativité est contagieuse, faites-la tourner » - Albert Einstein

 

9. Développer sa fibre artistique

Développer sa fibre artistique est excellent pour l’estime de soi car elle donne lieu à des créations uniques.

A l’heure où la standardisation est de l’uniformisation, la sensation d’être un numéro peut vite prendre à la gorge. A contrario, peindre une toile unique, tricoter une écharpe que l’on sera seul à porter, s’approprier un rôle au théâtre, toutes les manifestations d’art convergent vers un seul point : la singularité. Se sentir unique, se sentir spécial, c’est avoir de l’importance.

En prenant conscience de sa capacité à créer une œuvre qui correspond à son ressenti, la personne éprouve plaisir et confiance en soi. La personne peut ainsi prendre du recul et se ménager une espace psychique où s’apprivoiser ses émotions.

Cette pratique offre l’opportunité de prendre confiance en soi. L’acte de créer opère une transformation intérieure : nos difficultés se métamorphosent et laissent place à un regard plus juste sur soi.

 

« Chaque enfant est un artiste, le problème est de rester artiste quand on grandi » - Pablo Picasso

 

10. Art-thérapie et développement personnel 

L’art-thérapie, définie comme la valorisation du potentiel et des capacités préservées d’une personne en souffrance grâce à une pratique artistique, permet d’assister des patients victimes de pathologies très variées. De façon générale, les bienfaits de l’art-thérapie sur la confiance et l’estime de soi sont solidement démontrés. L’acquisition de compétences et la réalisation d’une belle œuvre encouragent en effet les pensées positives (« je peux le faire », « je suis digne d’intérêt »). 

L’art est un moyen d’expression à la porté de toutes les personnes qui s’y intéressent. Les personnes de tout âge peuvent tirer profit d’une démarche en art-thérapie.

L’art-thérapie est une méthode visant à utiliser le potentiel d’expression artistique et la créativité d’une personne à des fins psychothérapeutiques ou de développement personnel.

Il n’est pas toujours nécessaire d’entreprendre une démarche avec un professionnel, la diversité des médiums et des ouvrages sur le sujet vous offrent un large éventail de possibilités artistiques. Cependant une démarche personnelle faite seule ou en groupe peut très bien apporter des bénéfices sur la connaissance de soi, de l’amélioration de sa qualité de vie et du plaisir associé au processus créatif mais n’apportera peut-être pas les prises de conscience ni la profondeur que le travail avec un professionnel est susceptible de susciter. Dans la plupart des cas, des personnes ayant effectué une démarche en art-thérapie continuent à cheminer par elles-mêmes au moyen de l’art. Personnellement, il se trouve que certains de mes anciens patients se retrouvent aujourd’hui dans mes cours de peinture ou de dessin.

L’art-thérapeute un professionnel qui saura établir un diagnostic puis un protocole thérapeutique, établira en fonction de ses observations une série d’exercices très ciblés en fonction de votre mal être.

Croyez en vous-même et en tout ce que vous êtes. Pour prendre confiance en vous, vous devez avoir la foi en vos propres capacités, un sens de l’humour et une attitude positive en toute situation.

Amusez-vous, c’est le chemin le plus rapide pour reprendre confiance !

Un an pour prendre soin de vous

Ajouter un commentaire